Les erreurs à éviter lors de la rénovation de votre maison

rénovation de votre maison

Publié le : 17 octobre 20225 mins de lecture

La rénovation d’un bâtiment est une opération amenant à son embellissement avec l’intégration ou le renforcement des fonctionnalités, et se traduit par un gain de confort, de qualité de vie et des économies selon la nature du projet. En revanche, toutes négligences accompagnées d’un manque de délicatesse durant la procédure peuvent se caractériser sur des résultats potentiellement désastreux sur le logement. De nombreuses erreurs sont notamment à éviter lors de la réalisation de travaux de rénovation, et certains dérapages doivent être prévenus pour ne pas être victime d’une perte de temps et une majoration conséquente de l’investissement.

Rénover une maison : les fautes de planification

· L’omission d’organisation

La préparation de la rénovation intérieure ou extérieure d’une résidence doit être établie et rédigée correctement pour être en mesure d’effectuer les opérations en suivant une logique irrévocable. En effet, l’initialisation du projet en effectuant les actions sans respecter un ordre spécifique amène rapidement à des impasses si des rénovations particulières doivent être achevées en amont, et servent de prérequis.

Cette erreur impacte d’ailleurs les délais de chaque procédure, car l’incertitude et la fiabilité d’un projet mis en œuvre dans la foulée exacerbent les risques s’appliquant sur les professionnels sollicités. L’établissement d’une hiérarchie est donc indispensable pour garantir une coordination optimale entre les intervenants, ce qui contribue à chiffrer les coûts avec une précision supérieure.

· Ne pas évaluer l’ampleur de la rénovation

L’absence d’estimation de la magnitude d’un chantier de rénovation aboutie automatiquement sur la rédaction d’objectifs susceptibles de ne pas satisfaire les besoins du commanditaire. Dans ce cas, ce dernier n’est simplement pas en mesure de déterminer les coûts associés à son projet de rénovation suite à un budget prévisionnel imprécis.

Il faut également noter qu’un spécialiste de la rénovation joignable sur des sites comme sorenov.fr/ doit être responsable de l’établissement d’une liste détaillée des éléments à utiliser pour la rénovation. Par conséquent, leur intervention est primordiale lorsque le client ne dispose pas des connaissances et expériences pour appréhender l’importance de l’action, même si la prestation est commissionnée à 10 % de la somme des travaux en moyenne.

Les bavures concernant la logistique

· L’équipement impliqué

L’achat de matériel fiable assure la sécurité d’une rénovation à Nantes en prévenant les accidents ainsi que les casses prématurées. En outre, le choix d’outils au rabais pour réduire le montant des dépenses est à proscrire si la rénovation est à grande échelle, en rajoutant que le matériel ne doit pas être sélectionné pour des motifs d’esthétique. Par exemple, une rénovation dans l’intention d’améliorer l’isolation thermique d’une habitation avec des matériaux bon marché requiert un entretien plus fréquent, ce qui peut alors devenir onéreux sur le long terme par rapport à l’installation d’un isolant performant et d’excellente qualité. 

· Le professionnel irrégulier

Le maître d’œuvre contracté pour concrétiser la rénovation est une décision dont les ramifications peuvent provoquer des dommages sur le long terme. De ce fait, un artisan ne disposant pas des certifications nécessaires pour opérer légalement sur un chantier de rénovation et qui n’est pas inscrit au sein de la Chambre des Métiers n’est pas recommandé.

Le professionnel saisi est aussi tenu de délivrer un devis avant le travail, et le service reste généralement gratuit. Par ailleurs, des modifications post devis sans notifier le maître d’ouvrage sont une pratique exploitée par les acteurs engageant une tentative d’arnaque.

Fourvoiements au niveau des normes

L’ignorance de la règlementation en vigueur demeure un risque pouvant amener à des sanctions relativement sévères dans le cadre de travaux de rénovation. En occurrence, un propriétaire qui décide de prendre personnellement en charge l’activité et ne faisant pas appel à une entreprise ou artisan indépendant ne bénéficie pas de la garantie décennale. Par conséquent, celui-ci est automatiquement considéré en tant que constructeur en étant responsable des éventuelles malfaçons et réparations si la propriété est vendue avant 10 ans.

Plan du site